La RGPD est mise en place depuis le 25 mai 2018 dans toutes les entreprises et structures européennes. La nouvelle législation oblige donc ces dernières à revoir leur système de collecte de données ainsi que leur gestion. Au même titre que les sites web sur le territoire européen, Google et ses services doivent se plier à la nouvelle règle.

QUELLES DONNÉES SONT CONCERNÉES ?

Sur Google Analytics, le changement majeur concerne la conservation des données. Dès la fin du mois, les utilisateurs d’Analytics devront donner une date de conservation des données que récolte l’outil.

Les données concernées sont :

  • Les données relatives aux utilisateurs et aux événements
  • Les données associées à des cookies
  • Les identifiants utilisateurs
  • Les identifiants publicitaires

Les données globales sont en dehors du sujet.

QUELS SONT LES NOUVEAUX DÉLAIS ?

Les utilisateurs devront donc donner une date limite après laquelle ils ne pourront plus exploiter les données énoncées ci-dessus. Les différentes échéances sont :

  • 14 mois
  • 26 mois
  • 38 mois
  • 50 mois

Ces délais sont respectés dans le cadre d’une suppression automatique.

COMMENT FAIRE AVEC DES INTERNAUTES RÉGULIERS ?

Si un internaute renouvelle son activité sur votre site web, le délai de suppression est prolongé automatiquement. Autrement dit, si un site web à de la visite tous les mois, la suppression des données n’arrive jamais. Dans ce cas précis, elle pourra désactiver l’option de suppression.

Si la nouvelle loi impacte les outils Google, elle impacte aussi les sites internet ! Réseaux sociaux, mailing lists…

 

Plus d’information sur le site de la CNIL

Leave a Reply

+ 79 = 88

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.